Mardi 26 mars

Pour continuer à travailler autour des portraits photographiques qui seront exposés à Arles en juillet, la formatrice porteuse du projet m’a demandé de faire écrire les stagiaires FLE (français langue étrangère) sur l’identité. De quoi est faite notre identité ? Pour moi, elle se construit dans l’enfance. Alors ce matin, je leur propose d’écrire une lettre à l’enfant qu’ils étaient. La consigne est pour eux difficile à comprendre : s’adresser, à la deuxième personne du singulier, à quelqu’un qui n’est autre que soi-même. Mais dès qu’ils acceptent cette incohérence, de très belles choses surgissent. Des constats, amers parfois, des conseils, ne pas avoir peur, rester soi, et un rêve commun à beaucoup : redevenir cet enfant-là. 

Leurs textes sont si forts que l’après-midi, alors que j’avais prévu un autre atelier, je décide de soumettre la même consigne au deuxième groupe. Les stagiaires commencent par éclater de rire, c’est impossible, on n’est pas schizophrènes!, puis, comme le matin, ils parviennent à laisser de côté leurs préjugés et à lâcher. Et cette fois encore c’est si beau. Même si certains semblent se sentir déjà vieux, évoquant leur jeunesse comme un temps révolu, les enfants qu’ils étaient sont tout près. En eux sont souvent nichées les failles, mais aussi la force, celle qui fait qu’ils sont là aujourd’hui. Je crois qu’en écrivant, ils l’ont senti. 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s